Daniel Schneidermann craint qu'«Arrêt sur images» disparaisse du PAF

Publié le par UFO

article-854259abiker4.jpg«Arrêt sur images», l’émission dominicale de Daniel Schneidermann sur France 5, sera-t-elle encore programmée en septembre prochain?

«Il semble que le retour d’«Arrêt sur images» à la rentrée devienne un dossier épineux, écrit l’animateur sur son blog. (…) Tellement épineux que la direction de France 5 nous a prévenus que "l’arbitrage" sur la reconduction de l’émission ne serait pas rendu avant le 18 juin, au plus tôt». «Nous n'avons aucun commentaire à faire, ni sur la date, ni sur la grille de rentrée», déclare la chaîne, jointe au téléphone par 20 Minutes.

Encore?

Ce n'est pas la première année que l'émission est soumise à un avenir incertain. Alors, ne serait-ce pas le sujet marronnier du mois de juin? «Je sais bien, répond Daniel Schneidermann. Mais que voulez-vous que je vous dise? Je préfèrerais que ça se passe autrement. Le pire, c'est qu'on fait la même audience que l'année dernière, à peu près 7% de PDA, et qu'on n'a eu aucune indication cette année sur le moindre remaniement : ça devait leur plaire tel quel.»

«Ils ne nous prennent même pas au téléphone !, s'exclame-t-il encore. Je suis prêt à accepter que personne n'est jamais propriétaire d'une émission mais ne pas nous tenir au courant, c'est non professionnel, et inexplicable».

La date: simple coïncidence?


Le 18 juin, c’est-à-dire le lendemain du second tour des législatives, remarque Daniel Schneidermann. «Par hasard, la direction de France Télévisions attendrait-elle le lendemain des législatives, et la nomination du gouvernement Fillon 2, pour décider de prolonger, ou non, les émissions de la chaîne traitant (même indirectement) de politique intérieure? (…) Par hasard, Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, Binôme Suprême de France Télévisions, avant d’arbitrer les dossiers épineux, souhaiteraient-ils attendre, voire solliciter auprès de leur nouvelle autorité de tutelle un conseil, une consigne, une orientation, une réflexion, une opinion, une suggestion?»

L’accusation, grave, ne concerne rien de moins que l’indépendance médiatique par rapport au pouvoir en place.

«Je ne préjuge en rien de ce qui va se passer ou pas pour Arrêt sur images, mais j'ai comme l'impression que l'étau se resserre sérieusement ces jours-ci dans l'espace médiatique, écrit l’éditeur Guy Birenbaum sur son blog. Il n'en demeure pas moins que la disparition de l'antenne de la seule véritable émission de critique de la télévision dans toutes ses dimensions - politique inclue - serait un signe ou un signal fâcheux, vu le contexte d'hégémonie et d'hyper-présidence dans lequel nous serons dimanche à 20 heures».

Source : 20Minutes.fr

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thierry 19/06/2007 15:06

Une pétition est en ligne pour le maintien de l'émission :http://arret-sur-images.heraut.eu/