En une fraction de seconde, une image en 3D identifiera un visage

Publié le par UFO

Le Royaume-Uni a décidé de se doter d'un outil de sécurité d'une précision exceptionnelle. Sept chercheurs de l'Imperial College London commenceront en avril un programme de trois ans pour élaborer un système de photographie capable, à partir d'une seule prise de vue, de reconstituer l'image parfaite et en trois dimensions d'un visage dans ses moindres détails, grains de beauté, cicatrices et pores de la peau compris. Le projet est financé par l'agence gouvernementale EPSRC (Engineering and Physical Sciences Research Council).

"Imaginez une personne passant à travers une porte. En quelques fractions de secondes, six flashes successifs, si rapides que l'oeil nu n'en perçoit qu'un seul, prennent six images de son visage. Un logiciel les combine ensuite pour reconstituer son image virtuelle, explique Maria Petrou, l'un des trois responsables du projet. Peu importe si la personne est en mouvement, la machine obtiendra un portrait net de la même manière qu'un radar peut saisir la plaque d'immatriculation d'une voiture roulant à toute vitesse."

Ce scénario s'appuie sur la photométrie stéréo, une technique de reproduction fondée sur l'analyse des ombres projetées par la lumière sur un objet. A la différence d'autres méthodes de représentation en trois dimensions, la photographie est réalisée depuis un point de vue unique. En revanche, on multiplie les sources de lumières dirigées vers la cible, depuis différents angles. D'où les six flashes. Les différentes ombres constituent une mine d'informations pour l'ordinateur qui recrée le modèle.

Plus qu'une simple image, c'est un ensemble de données qui est consigné par l'appareil. "La couleur de peau du visage, par exemple, est reproduite telle qu'elle est vraiment, et non telle qu'elle apparaît dans les conditions d'exposition de la prise de vue", affirme Maria Petrou.

Ce niveau de précision a été imaginé pour réduire la marge d'erreur des opérations d'identification. Un premier prototype sera installé dans un an dans les locaux de l'entreprise partenaire General Dynamics. Le programme de recherche s'achèvera en 2010, deux ans avant les Jeux olympiques de Londres.

Selon la chercheuse, le projet n'est pas spécifiquement destiné à élaborer un outil de surveillance pour cet événement. Mais le système sera peut-être alors déjà à la disposition de la police britannique.

Source : LeMonde.fr

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article