L'ordre est revenu à Minsk

Publié le par UFO

Le pouvoir a fait évacuer cette nuit la place d'Octobre où des centaines d'opposants campaient depuis lundi pour protester contre les fraudes électorales ayant permis la reconduction du dictateur Loukachenko.


La place est nette, les opposants en prison: la place d'Octobre au centre de Minsk où campaient depuis lundi quelques centaines de manifestants révoltés par les fraudes lors de l'élection présidentielle de dimanche, avait retrouvé vendredi matin sa majesté et son impeccable propreté. Dans le silence de la nuit, peu après trois heures du matin, plus d'une centaine de policiers casqués ont commencé par éloigner tous les journalistes puis ont embarqué les manifestants trop épuisés et frigorifier pour résister après quatre jour de siège. Au moins 200 d'entre eux ont été arrêtés, qui viennent s'ajouter aux quelque 300 opposants déjà interpellés ces derniers jours alors qu'ils venaient apporter des couvertures ou des thermos aux campeurs. Sur la place, où des milliers de démocrates avaient pris l'habitude depuis lundi de se rassembler tous les soirs pour protester contre les 83% de voix que s'est arrogé Loukachenko, le régime prépare sa propre manifestation vendredi soir à 18h30.

«Ce pouvoir a encore montré qu'il ne connaît qu'un langage, celui de la répression. Je m'attendais à cela chaque nuit», a réagi Alexandre Milinkevitch, le candidat de l'opposition unie venu s'enquérir dans la nuit du sort des détenus. Un de ses fils figure parmi les jeunes arrêtés, mais l'opposant a maintenu l'appel à une grande manifestation samedi midi. «Ces jeunes de la place ont montré qu'il était possible, même dans les conditions de la dictature, de lutter pour la liberté, disait cette nuit Milinkevitch, la voix brisée par l'émotion, la tension et la fatigue de ces derniers jours. Ces jeunes à genoux se sont levés et avec eux toute la Biélorussie s'est levée».

Extrêmement préoccupé par ces quelques «tentes de la liberté» sur la place d'Octobre et craignant surtout que des milliers de manifestants les rejoignent samedi, le régime avait multiplié les reportages à la télévision d'Etat pour expliquer qu'il ne s'agissait que d'un rassemblement d'ivrognes, de vauriens et d'homosexuels, «payés» par l'étranger pour rester plantés là. La télévision d'Etat avait rebaptisé cette manifestation le «Maidan des pédés», du nom de la place de Kiev où s'était faite la révolution ukrainienne l'an dernier, jouant sur le fait que la couleur bleue des opposants biélorusses désigne en argot russe les homosexuels. Apres l'évacuation de la place, le reportage de la télévision montrait des bouteilles d'alcool, des seringues et des revues pornographiques que, selon les bonnes vieilles méthodes du KGB, ses «journalistes» avaient placées parmi les tentes.


Source : Libération.fr



Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article