L'Allemagne veut interdire les « jeux de tueurs »

Publié le par UFO

La nouvelle coalition au pouvoir à Berlin souhaite totalement interdire les jeux de combat les plus violents à partir de 2008.

Les intentions du nouveau gouvernement allemand ont plongé la communauté des joueurs en pleine effervescence. Le contrat de coalition signé entre les conservateurs et les sociaux-démocrates exige en effet que les mesures de protection des mineurs face aux contenus multimédias soient réévaluées et renforcées à partir de 2008. Le texte mentionne explicitement l'interdiction pure et simple des « jeux de tueurs ».

« Ici, tout le monde est un peu étonné. Que veulent-ils dire par "jeu de tueurs" ? Parlent-ils des jeux de combat et d'action ou des jeux de stratégie ? Et pourquoi veut-on renforcer les contrôles jusqu'à l'interdiction complète alors que, depuis la tragédie d'Erfurt, nous avons la loi de protection des mineurs la plus dure du monde ? », s'interroge Frank Surholt, rédacteur en chef de ComputerBild- Spiele, le magazine leader sur les jeux vidéo.

En 2002, à Erfurt, un jeune homme avait abattu 18 élèves et professeurs de son lycée. La police découvrait le jeu Counterstrike sur son ordinateur. A l'époque, de nombreux hommes politiques allemands s'empressaient d'établir une relation entre le jeu et les actes. Et le 1 er  juillet 2003, une nouvelle loi sur la protection des mineurs entrait en vigueur et conditionnait la vente des jeux vidéo à un contrôle obligatoire des contenus ainsi qu'à une indexation par âge.

« Un entraînement à la violence »

« A plusieurs reprises, nous avons fait des tests d'achat avec des mineurs dans des grandes chaînes comme Mediamarkt ou Saturn. Cela n'a jamais marché. Les caissières sont bien formées et les jeux interdits aux mineurs sont dans un boîtier avec une étiquette rouge bien visible. Bien sûr, on peut toujours demander au grand frère majeur d'aller acheter le jeu », raconte Frank Surholt.

Sur les 2 152 titres contrôlés en 2004 par l'USK, l'organisme d'autocontrôle, seuls 8 % tombent dans la catégorie combat et « First Person Shooters », et 3,9 % sont interdits aux mineurs : « On n'a pas noté d'augmentation des ventes de jeux violents en Allemagne ces dernières années. Contrairement aux joueurs anglo-saxons, les Allemands préfèrent d'ailleurs les jeux de stratégie et les simulations », précise M. Surholt.

Alors que les partis d'opposition, écologistes et libéraux, taxent les partis au pouvoir de « populisme bon marché », les conservateurs y voient un combat culturel et moral important. Pour Maria Böhmer, vice-présidente du groupe parlementaire démocrate chrétien, le message de ces jeux, c'est « détruit tout sauf toi-même » : « Même s'il est clair qu'y jouer ne rend pas forcément les gens violents, ces jeux sont un entraînement à la violence. Et accepter cela, c'est, à terme, augmenter la tolérance de la violence dans notre société. »


Source : 01net


Publié dans Jeux Vidéos

Commenter cet article