Quand la téléréalité met en jeu des dons d’organes

Publié le par UFO

WWWNL.jpg

L’émission The Big Donor Show, diffusée à partir de vendredi, divise la classe politique hollandaise et soulève une grande polémique dans le monde de la transplantation.

On pensait avoir tout vu en matière de téléréalité. Mais aux Pays-Bas, patrie de Big Brother, un nouveau scandale pointe à l’horizon. Vendredi soir, la chaîne de télévision BNN diffusera en prime time une nouvelle émission baptisée The Big Donor Show et produite par Endemol. Le concept de ce programme inédit ? Lisa, 37 ans, malade d’un cancer en phase terminale, devra choisir parmi trois candidats celui qui recevra ses reins pour une transplantation.

Comment ? En se basant sur l’histoire, le parcours et la vie de chacun des participants, âgés de 18 à 40 ans et atteint de maladies dégénératives du foie. Les téléspectateurs, eux, sont invités à voter et à envoyer des conseils pour la guider dans son choix, au cours de cette émission d’1h20.

La chaîne de télévision place la raison d’être de ce programme sur le terrain de l’utilité publique. Son fondateur Bart de Graaf est mort il y a cinq ans après avoir attendu une greffe pendant des années, en vain. «Les participants ont 33% de chances d’obtenir un rein. C’est vraiment plus que sur une liste d’attente», se félicite non sans cynisme le directeur de BNN, Laurens Drillich.

C’est «un scandale», s’insurge la Fondation néerlandaise de transplantation. «Ça ne vaut pas mieux que le trafic d’organes. Au prétexte de divertir, ils tirent profit de personnes dans une situation désespérée», ajoute son porte-parole, Reiner Hofman. Même indignation du côté du Parti démocrate chrétien (CDA) qui dénonce «une idée folle». «C’est impossible qu’aux Pays-Bas, les gens votent pour savoir qui va recevoir un rein», estime le député de ce parti, Joop Atsma, qui espère convaincre les ministres de la Santé et de la Communication d’empêcher la diffusion de ce programme.

Plus modéré sur la question, le Parti social libéral néerlandais (D-66) juge que cette émission dénonce la grave pénurie d’organes depuis des années. «On peut discuter sur le fait que cette émission est déplaisante, mais nous avons enfin un débat public sur cette question», note le député Alexander Pechtold.

En France, la fondation Greffe de Vie juge «extrêmement choquant» ce programme qui «soulève une grande polémique dans le monde de la transplantation». «Cela revient sur un des principes mêmes du don d’organes qui est l’anonymat», explique au figaro.fr Yvanie Caillé, directrice générale de la fondation. Et de conclure : «Je ne vois pas en quoi ce type d’émission peut œuvrer pour lutter contre la pénurie de donneurs».


Source : LeFigaro.fr

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article